Que devient le Girardin ?

La fin du Scellier, l’émergence du Duflot, la modification du plafonnement des niches fiscales qui s’applique à toutes les niches ou presque… Au milieu de tous ces changements difficiles à suivre, un dispositif n’a pratiquement pas bougé : le Girardin. Ce dernier, avec ses multiples déclinaisons (immobilier et industriel) a finalement été laissé quelque peu de côté lors des discussions à Bercy puis au Parlement.

Conséquence, le Girardin permet toujours d’obtenir jusqu’à 26% de réduction d’impôt en Girardin immobilier, pour une location d’une durée minimale de six ans, dans la limite d’un plafond au mètre carré (2.505 euros toutes taxes comprises en 2012). Les conditions de loyers et de ressources des locataires à respecter sont toujours en place.

En revanche, le plafonnement de l’avantage fiscal a été légèrement modifié. Le double plafonnement est toujours en place : l’avantage fiscal total ne peut pas être supérieur à 30.600 euros par an ou 11% du revenu imposable du contribuable. De plus, le plafonnement à 18.000 euros est également en place, sachant que le Conseil constitutionnel a supprimé la disposition permettant d’ajouter à cette somme 4% du revenu imposable du contribuable.

Une astuce existe cependant, pour les personnes ayant investi avant le 31 décembre 2012. En effet, l'ancien plafonnement (18.000 euros + 4% du revenu imposable) s'applique quand l'agrément a été obtenu auprès de l'administration fiscale jusqu'au 31 décembre 2012. Une bonne nouvelle pour tous ceux qui craignaient une réduction de leur avantage fiscale avec la nouvelle année.