FIP / FCPI

Fonds Commun de placements
  • Pour soutenir une PME française dite "innovante" ou une PME régionale et traditionnelle
  • Un placement financier attractif vous permettant de bénéficer d' une réduction d'impôts sur le revenu égale à 18% de l'investissement.

Les fonds communs de placement pour l’innovation

Les FCPI (fonds communs de placement dans l'innovation) sont un type particulier de fonds commun de placement à risque (FCPR), qui a vocation à investir dans des PME françaises dites « innovantes » (critères fixés par la réglementation) afin de favoriser le renforcement de leurs fonds propres. Les FCPI sont autorisés à inclure une quotité de 20% d'actions cotées de faible capitalisation, en plus de leur quotité libre. Le fonds doit être constitué pour 60% de sociétés innovantes, dont 40% non cotées.

Les fonds d’investissement de Proximité

Les FIP (Fonds d'Investissement de Proximité) sont eux aussi un type de FCPR. Ils ont été promulgué par la loi Dutreil du 1er août 2003. Alors que les FCPI participent au financement des sociétés innovantes de moins de 2000 salariés, les FIP ont pour vocation d'effectuer au moins 60% de leur investissement dans des PME opérant dans des secteurs traditionnels et implantées régionalement.

Les parts des FIP sont destinées principalement aux particuliers. Les FIP sont aussi ouverts aux investisseurs institutionnels, publics ou privés, sous certaines conditions. Ainsi, un même investisseur ne peut détenir plus de 20% des parts ; une même personne morale privée ne peut détenir plus de 10% des parts et l'ensemble des personnes morales de droit public ne peut détenir au total plus de 30% des parts.

Avantage fiscal de ces placements financiers

L'investissement dans les FIP ou FCPI bénéficie d'une incitation fiscale pour les souscripteurs personnes physiques : une réduction d'impôt sur le revenu (IR) égale à 18% de l'investissement, plafonné à 12.000 euros par personne (24.000 euros par ménage).

Il est également possible de déduire de son ISF 50% des sommes placées dans un FIP, dans la limite de 20 000 euros. Il faut détenir les parts pendant au moins cinq ans pour pouvoir bénéficier de l'avantage fiscal.

Les réductions d'ISF et d'IR ne se cumulent pas. L'investisseur peut néanmoins opter pour en déduire une partie sur l'ISF et une autre sur l'IR.

Ces réductions fiscales sont soumises au plafonnement des niches fiscales (18.000 euros en 2012 ou 4% des revenus annuels du foyer fiscal).